JAGUAR « R » PERFORMANCE : un quart de siècle de collaboration, une sacrée performance !

JAGUAR « R » PERFORMANCE : un quart de siècle de collaboration, une sacrée performance ! Tagged with: CATS    Jaguar    XFR    XFR-S    XJR    XJS

C’est en effet, en 1988, qu’étaient apparus les modèles XJR 3.6 et XJR-S 5,3 V12 sous le haut patronage de la société nouvellement fondée Jaguar Sport, un partenariat établi entre Jaguar Cars et Tom Walkinshaw Racing (TWR). A l’heure actuelle, la série “R” – qui fait appel au V8 essence de 5.0 litres – comprend les modèles XFR et XFR-S ainsi que XKR et XKR-S ; à l’automne, viendra s’y ajouter la XJR.

Au milieu des années 1980, l’écurie TWR de Tom Walkinshaw commence à préparer des prototypes propulsés par des V12 Jaguar pour les courses européennes. Avec à la clé, une victoire au Mans en 1988 et 1990, ce qui conduisit à la création de Jaguar Sport. Un partenariat qui a survécu aux tempêtes économiques et autres vicissitudes subies par les dirigeants.

C’est dans une toute nouvelle usine, érigée à l’intention de Jaguar Sport, située à Bloxham que le coup d’envoi fut donné par la XJR 3.6 et la XJR-S 5.3 V12. Dans un premier temps, cette dernière version ne fut produite qu’à 100 exemplaires afin de célébrer la victoire obtenue par Jaguar aux 24 Heures du Mans.

En 1989 le 3,6 litres était remplacé par un nouveau six cylindres de 4.0 litres comprenant des nouveaux conduits d’admission, des arbres à cames plus “pointus” et un système de gestion optimisé. Si aujourd’hui la puissance disponible peut paraître plutôt modeste, à l’époque les 220 ch avec un couple de 377 Nm permettait à cette XJ d’atteindre 220 km/h et d’accélérer de 0 à 100 km/h en 7,7 secondes. Mis à part la XJR 4.0 qui fut produite jusqu’en 1994, cette même année 1989 a vu arriver la XJR-S 6.0 V12. Ce coupé – fabriqué jusqu’en 1993 – a remplacé la version dotée du 5,3 litres, fort de 299 ch ; en 1991 la puissance du V12 6.0 litres allait passer de 318 à 332 ch.

De 200 à 550 chevaux pour les R-TYPES, grâce au compresseur

En 1997 la prochaine phase évolutive de la XJR consistait en un moteur AJ V8 en lieu et place du six en ligne précédant. Développant 363 ch, ce moteur allait, une année plus tard, être installé sur la première XKR présentée pour la première fois au Salon de Genève de 1998.

Les deux modèles R-TYPES affichaient leur puissance de manière peu ostentatoire : à l’exception de prises d’air sur le capot, de déflecteurs à l’arrière, de jantes alu spécifiques et de discrètes inscriptions “Supercharged”, rien ne laissait deviner toute la force disponible.

En 2003, grâce à une structure en aluminium, la XJR  (2004-2009) se distinguait par des performances sensiblement supérieures à son prédécesseur fabriqué de 1997 à 2003. La puissance passait alors à 395 ch, ce qui autorisait une accélération de 0 à 100 km/h en 5,3 secondes. Appliqué dès le millésime 2000, le train roulant CATS (Computer Active Technology Suspension) assurait un comportement routier plus sportif sans pour autant pénaliser le niveau de confort réputé de Jaguar.

Au cours de ces dernières années, avec la variante R-S, Jaguar dispose des niveaux de puissance absolus de la ligne R. Celle qui avait débuté avec quelque 200 ch, aujourd’hui culmine à pas moins de 550 ch pour les super puissants V8 qui entraînent les modèles XKR-S et XFR-S.

Les types R-S se distinguent par une définition aérodynamique optimisée et un train roulant orienté vers les performances avec le déblocage de la vitesse maxi. Résultat, les deux fleurons de la lignée Jaguar “R” atteignent sans problème 300 km/h.

Lors de la journée réservée à la presse dans le cadre du “Goodwood Speed Festival”, au volant d’une XFR-S couleur rouge Ferrari, Andy Wallace a fait effectuer ses premiers tours de roues à la nouvelle XFR-S.

La commercialisation en Suisse va démarrer au mois de mai.

CP/jmr

TweetTagged with: CATS    Jaguar    XFR    XFR-S    XJR    XJS