Le « downsizing » – est-ce véritablement un progrès en matière de consommation ??

Le « downsizing » – est-ce véritablement un progrès en matière de consommation ?? Tagged with: Chevrolet    Corvette    Downsizing    Honda

L’Union Européenne l’a décidé et imposé : à partir de 2014, la moyenne des émissions par marque (flotte) ne devra pas dépasser les 130 g/km. Ces valeurs sont également applicables dès 2015 dans notre pays. D’où cette avalanche de nouvelles motorisations de petite cylindrée – downsizing = diminution de la cylindrée… – à deux, trois et quatre cylindres.

Au cours des divers essais effectués ces derniers temps, nous avons été frappés par les consommations moyennes atteintes par ces petits moteurs, soi-disant peu gourmands.

Exemples : Kia Picanto, moteur 3 cylindres de 998 cm3, 69 ch, moyenne de l’essai, 6,7 litres d’essence normale aux 100 km. Ou encore : Lancia Ypsilon Platinum, moteur bi-cylindre de 875 cm3, 85 chevaux, 6,6 litres d’essence normale/100 km.

Entre deux, nous avons eu entre les mains une Accord Tourer Executive, moteur Diesel quatre cylindres de 2’199 cm3, 150 chevaux, boite AT à 5 rapports, d’un poids à vide de 1’835 kg et, oh surprise, nous avons fait un tour de 272 km – dans les mêmes conditions de trafic et d’environnement que pour les deux petites voitures mentionnées ci-devant – avec seulement 11,98 litres de diesel, soit une consommation moyenne de… 4,4 l/l00 km !!!

Alors pourquoi vous demanderez-vous ?

La réponse est plutôt – comment : lors de l’établissement de la consommation standardisée selon EU, le véhicule ne roule pas sur route, mais il évolue sur un banc à rouleaux, dans un laboratoire généralement situé à 1100 -1200 m d’altitude, pour bénéficier d’une meilleure barométrie. Ce banc à rouleaux est dynamique, c’est-à-dire qu’il répercute les effets d’une véritable chaussée, ses bosses, trous, légères montées et descentes. La distance à parcourir avoisine les 8 km, les accélérations/décélérations sont standardisées. Il va de soi que les véhicules servant d’étalon sont préparés de manière optimale et que, hormis la pression barométrique, il est également tenu compte de l’hygrométrie et que le vent est absent en laboratoire. Toutes les marques sont calibrées sur un même trajet, avec des caractéristiques routières identiques.

A quoi il faut ajouter des faits évidents : avec ces petites motorisations, le conducteur se voit souvent obligé de monter dans les régimes, ce qui augmente nécessairement la consommation.

Néanmoins… ces résultats interpellent.

A. Béguin

 Dans le même ordre d’idées…

Lors d’une escapade à Bonn (D), nous sommes allés tourner sur la Nordschleif du Nurburgring avec une Corvette Z-01 de 512 ch. Résultat : plus de 30 litres aux 100 km. A la sortie du circuit, nous avons fait le plein, et remis les compteurs à zéro ! Retour à Bonn à travers les collines de l’Eiffel – accélérations, freinages, accélérations, etc. Le lendemain, il était temps de rentrer à Genève. D’abord, par les petites routes longeant le Rhin, avec des traversées de villes et villages, ensuite autoroutes avec des pointes de vitesses à 270 – 280 km/h en alternance avec des secteurs routiers et citadins (notamment Strasbourg). De là, autoroute jusqu’à Genève. Moyenne de l’exercice : 9,8 litres au 100 km. Il faut préciser qu’à 160 km/h, le moteur ne tourne qu’à environ 1800 tr/min !

Comprenne qui pourra !

jmr

TweetTagged with: Chevrolet    Corvette    Downsizing    Honda