Skip to content

PEUGEOT 207 CC 1.6 VTi 16V

PEUGEOT 207 CC 1.6 VTi 16V

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2

Peugeot est, doublement, à l’origine du coupé / cabriolet

Dessiné par un dentiste féru de design automobile, le Dr Georges Paulin le premier coupé/cabriolet vit le jour dans les années 1930 sur la base d’une Peugeot 401, dénommée Eclipse.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’invention du coupé / cabriolet ne date pas d’hier. Loin de là d’ailleurs. Tout commença même au début des années 1930 du côté de Sochaux. Trois modèles virent le jour : la 401 Eclipse, la 402 Eclipse et la 601 Eclipse. Sorti des ateliers du carrossier Marcel Pourtout, ils furent par la suite intégrés à la gamme Peugeot et sortirent des ateliers de Bougival. Par la suite, Peugeot démocratisa le concept avec la célèbre 206 CC 20 ♥ à la toute fin du deuxième millénaire.Donc, la Peugeot 207 CC est, avec ses soeurs, la digne héritière du Dr Paulin.

Si quelques réalisations ont fait l’objet de petites séries spéciales, à l’image de la Ford Fairlane 500 Skyliner de 1957, c’est Mercedes qui lança la mode avec la SLK à partir de 1996. Peugeot enfin, remit l’ouvrage sur le métier et créa un coupé / cabriolet sur la base d’une voiture populaire et à un prix enfin abordable à une majorité.

Pour la 207 CC, la base esthétique étant nettement meilleure, le résultat est beaucoup plus convainquant. Issue du Centre style Peugeot, la 207 CC reprend la signature stylistique de la gamme. La calandre expressive, le regard en amande et l’emblème de la marque qui s’expose fièrement soulignent d’emblée son caractère ludique. L’arrière râblé accentue encore l’effet visuel dynamique du véhicule. Vu de profil, on peine à imaginer que le toit puisse se ranger dans le coffre tout en conservant un volume acceptable pour les bagages. Malheureusement, pour réussir cette prouesse technique, il faut étirer et incliner au maximum le pare-brise avec comme conséquence de devoir renforcer les montants de toit et augmenter l’épaisseur de ces derniers.

La guerre aux « chauffards » est ouvertement déclarée

Une fois installé au volant de 207 CC, et grâce aux différents réglages du volant et du siège conducteur, il est aisé de trouver une position de conduite confortable. La planche de bord reprend l’esthétique que l’on trouve sur les autres modèles, mais, malgré les excellents matériaux qui la compose, elle se reflète fortement dans le pare-brise à cause de l’inclinaison de ce dernier. Et en fonction de l’élévation du soleil, cela peut vraiment s’avérer gênant. Sans aller jusqu’à en devenir dangereux, heureusement ! Quant à l’instrumentation, elle est complète et très lisible. Un ordinateur de bord vous informe sur les paramètres de consommation, autonomie et vitesse moyenne. Est inclus également un détecteur de sous gonflage des pneumatiques. Le système audio comprend une prise auxiliaire dans la boîte à gants et des commandes au volant. En revanche, à l’heure où les limitations de vitesse pullulent et que la guerre aux « chauffards » est ouvertement déclarée, nous ne comprenons pas pourquoi le régulateur de vitesse est encore proposé en option. Notre véhicule d’essai d’ailleurs, n’en était pas équipé. Entre les sièges avant se trouve la commande du toit repliable, la manœuvre ne prend que 25 secondes et peut se poursuivre en roulant jusqu’à la vitesse de 10 km/h.

Sur le plan de la sécurité, la 207 CC bénéficie des mêmes éléments de protection que la berline, combinés avec des renforts spécifiques à son architecture. Parmi ceux-ci, les arceaux actifs disposés derrière les sièges postérieurs et qui se déploient de 200 mm en 175 millisecondes grâce à un système pyrotechnique. Deux airbags frontaux et latéraux, ainsi qu’un placé sous la colonne de direction pour protéger les genoux du conducteur complètent la dotation. Le système de freinage inclus l’ABS, l’AFU (aide au freinage d’urgence), l’ESP (Electronic Stability Program) aisi qu’un antipatinage. Un éclairage statique de virages très efficace et un rétroviseur intérieur électrochrome font partie du pack visibilité.

Un sixième rapport serait le bienvenu

Le 4 cylindres de 120 ch. est suffisant pour le cabriolet, mais le coupé réclame le moteur turbo et ses 150 ch. A l’évidence la version 120 ch. a été développée dans le but d’économiser le carburant et d’abaisser au maximum les émanations de CO2, et que pour se promener cheveux au vent, on a pas besoin d’un turbo ! Un sixième rapport, légèrement surmultiplié serait le bienvenu, car, à130 km/h le régime moteur est un peu trop élevé et acoustiquement ce dernier est un peu trop présent dans l’habitacle. Particulièrement dans la configuration « coupé ». Sinon, une fois le « windstop » installé et les vitres relevées, il n’y a que la pluie pour vous enfermer. Le comportement routier est conforme aux attentes que l’on peut avoir de ce type de véhicule. Avec toutes les aides à la conduite à notre disposition, il faudrait le faire exprès pour se trouver en réelle difficulté.

Jean Marc Racine

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2

Categories

Actualités