TOYOTA : à qui profitera le « Pedalgate » ???

Toyota : à Qui Profitera Le « Pedalgate » ???

TOYOTA : à qui profitera le « Pedalgate » ???

La « Maison de Toyota » a été créée par Taiichi Ohno et Eiji Toyoda pour expliquer plus facilement le Système de production Toyota aux employés et fournisseurs. Ils ont choisi la forme d’une maison car c’est une forme familière, qui véhicule une idée de stabilité. Le toit contient les principaux objectifs du TPS : qualité supérieure, réduction des coûts et des délais de livraison par l’élimination des gaspillages.

On avait connu le Watergate – maintenant, en Amérique, les déboires de Toyota font que la presse parle du « Pedalgate »… avant d’évoquer le « brakegate »…

En effet, après avoir connu les avatars de la pédale des gaz qui reste enfoncée, voici la saga des freins qui ne fonctionnent plus sur les Toyota Prius. C’est évidemment très ennuyeux pour le premier constructeur mondial, tant au plan économique que celui de l’image. Mais ce qui pourrait intéresser le lecteur : qui profitera de cette baisse d’image et de pouvoir économique ?

En premier lieu, ce seront les grands groupes et marques déjà en compétition depuis longtemps avec le géant japonais et, à notre avis, surtout Honda, Nissan, Ford et Volkswagen, les Coréens et, dans une moindre mesure GM, qui pourront profiter des carences de Toyota.

Honda est le 2e constructeur japonais, il est l’ennemi séculaire de Toyota, c’est également le seul autre fabricant nippon à commercialiser des véhicules hybrides en grande série et qui, dans le domaine des voitures à pile à combustible, devance Toyota, puisqu’il vend déjà ses produits aux Etats-Unis et au Japon.

Ils vont tous vouloir s’enfoncer dans la brèche

Nissan, jadis « le » concurrent de Toyota, se sent également pousser des ailes, lui qui mise surtout sur la «vraie » voiture électrique. Il l’affronte sur pratiquement tous les marchés clé. Ce déclin de Toyota, même s’il est passager, a déjà été observé dans les faits aux Etats-Unis durant ce mois de janvier. Les USA, reste toujours le « marché de référence » pour les constructeurs japonais : Honda occupe, pour la première fois depuis longtemps, le premier rang dans les ventes de voitures particulières — avec l’Accord — et Nissan a augmenté ses ventes de 25,8% sur l’ensemble de ses modèles, alors que Toyota régressait de 8,7%.

Ensuite, c’est Volkswagen qui devrait profiter de la situation : en premier lieu, parce qu’il s’oppose à Toyota sur tous les marchés majeurs – Chine, Europe, Etats-Unis — mais également parce qu’il clame haut et fort sa volonté de vouloir devenir le numéro 1 dans le monde. Ford et, dans une moindre mesure GM, pourront également tirer leur épingle du jeu, sans sous-estimer Hyundai et Kia, tous deux très flexibles, avec des produits modernes et adaptés au goût du jour.

Selon les experts financiers, les problèmes techniques de Toyota devraient se comptabiliser par milliards — on parle actuellement de 2 milliards de dollars — mais c’est l’image qui sera la plus touchée. Toyota a axé toute sa stratégie sur l’aspect de fiabilité et d’avance technologique de ses produits — et cette fiabilité est sérieusement remise en cause.

A. Béguin

Bien que selon l’importateur suisse Emil Frey, aucune plainte ne soit parvenue au siège de la société, ce ne sont pas moins de 32′000 Toyota qui seront rappelées prochainement pour un contrôle de sécurité et installer un renfort sous le ressort de rappel de l’accélérateur.

jmr